fuckyeahphilippedumez


Photo

Juil 24, 2014
@ 10:18 am
Permalien
4 notes

Il a bien changé Peter Murphy quand même.

Il a bien changé Peter Murphy quand même.


Texte

Juil 19, 2014
@ 10:46 am
Permalien
15 notes

Not being Philippe Dumez (2)

Selon ce que j’aimerais voir s’installer comme un rituel, j’ai une nouvelle fois pris la place de quelqu’un pendant une semaine. Je me suis appelé Jesper et j’ai vécu au quatrième étage sans ascenseur, juste sous les toits, avec le lit en mezzanine et une impressionnante collection de robots ménagers. En m’entendant prononcer son prénom j’ai entendu “J’espère”. Même si je ne l’ai jamais rencontré, j’ai essayé de deviner ses habitudes. Se déchausse t-il en entrant ? Utilises t-il seulement une demi-tablette pour lave-vaisselle à chaque lavage ? A t-il arrêté d’acheter des CD après la sortie de “In Our Nature” de José Gonzalez et est-il passé au stream ? Dort-il la fenêtre entrouverte ? Trie t-il ses déchets ? Embrasse t-il sa femme au coucher ou au réveil ? Utilise t-il la petite table basse devant le canapé pour lire les volumineux livres photo qu’il achète ? Être Jesper m’a tellement plu que j’ai décidé de pousser encore plus loin l’expérience.

Profitant d’un moment de désœuvrement, je chaussais ses New Balance et décidait d’aller faire le tour du quartier avec. Je les laissais me porter là où elles le guident habituellement. Chaque fois que je croisais un voisin, je me demandais s’il les allait les reconnaître, elles, et se demander ce qu’elles faisaient à mes pieds. Dans ses New Balance, j’essayais de retrouver le rythme de sa foulée. Je pensais à cette chanson qui dit “Try walking in my shoes / You’ll stumble in my footsteps”. Mais je n’avais pas idée si Jesper écoutait Depeche Mode en faisant son jogging.

L’imposture, malheureusement, devait prendre fin dès le lendemain. Je choisissais un temps pluvieux pour étrenner ses bottes en caoutchouc, et en recensant les paires alignées face au paillasson, découvrait que les New Balance que j’avais chaussées hier étaient vraisemblablement celles de son épouse puisque les bottes de Jesper étaient d’une pointure bien plus grande que la mienne. J’étouffais l’affaire et cheminais comme si de rien n’était. Hélas, j’ai été pris à mon propre sort, puisque mes chaussettes n’ont rien trouvé de plus intelligent à faire que de se carapater par le devant, me laissant pied nu contre la semelle.

Je me relèverai rapidement de cette défaite. A partir de lundi prochain, je m’appelle Ben et j’habite au troisième étage d’un immeuble sur cour. Et autant dire que je vais faire cracher à son lave-vaisselle le moindre de ses secrets.


Diaporama

Juil 17, 2014
@ 10:27 am
Permalien
5 notes


Diaporama

Juil 16, 2014
@ 9:15 am
Permalien
4 notes


Diaporama

Juil 15, 2014
@ 8:57 am
Permalien
2 notes


Diaporama

Juil 14, 2014
@ 10:22 am
Permalien
5 notes


Diaporama

Juil 13, 2014
@ 10:40 am
Permalien
6 notes

Windows 2014


Photo

Juil 10, 2014
@ 10:35 am
Permalien
10 notes

2014 (so far).

2014 (so far).


Texte

Juil 9, 2014
@ 10:45 am
Permalien
9 notes

Il m’a dit que depuis qu’il était devenu amateur de peinture contemporaine, sa vie avait changé. Il m’a parlé du calme intérieur que lui avaient apporté les tableaux qu’il avait acheté, il m’a aussi parlé de la manière dont ils changent selon la façon dont la lumière se reflète sur eux. J’ai essayé de savoir combien il était capable de mettre dans une œuvre et il m’a répondu : le prix d’une petite voiture de sport. Il m’a dit qu’après la séparation des Little Rabbits, il était resté fidèle à French Cowboy et que, si les disques l’avaient souvent déçu, il ne ratait aucun de leurs concerts. Il m’a dit qu’il avait toujours peur en avion depuis qu’il avait frôlé la mort dans un Paris-Londres : il avait vu les passagers se signer dans l’appareil. Il m’a dit qu’il avait vu débarquer un matin un car de CRS pour fermer un squat artistique qui se tenait en bas de chez lui et qu’il avait découvert par la suite que c’était le propriétaire de son immeuble qui l’avait dénoncé. Il m’a dit qu’il avait enfin retrouvé le plaisir qu’il avait éprouvé en écoutant le premier album de Joseph Arthur en découvrant le tout dernier en date, en hommage à Lou Reed. Après avoir discuté avec lui pendant plus d’une heure, je me suis rendu compte que je ne connaissais toujours pas son prénom.


Photo

Juil 8, 2014
@ 10:08 am
Permalien
3 notes