fuckyeahphilippedumez


Texte

Sep 2, 2014
@ 8:43 am
Permalien
9 notes

12 choses que je ne vous ai jamais dites au sujet du Book Club

image

- La formule de souscription proposée par le micro-éditeur américain Oily Comics m’a servi de modèle : j’ai reçu pendant 6 mois des mini-comics à raison d’une livraison par mois.

- Le manuscrit de Christophe Harcourt était le seul que j’avais sous le coude quand j’ai ouvert les portes du club. Tous les autres sont arrivés à point nommé.

- J’ai régulièrement maltraité le nom des ouvrages et ceux des auteurs. Les premiers exemplaires de Je n’ai jamais vu un punk avec une moustache se sont appelés Je n’avais jamais vu un punk avec une moustache (c’est peut-être le cas du vôtre). Les premiers exemplaires de On ne plaisante pas avec les Kenatz en Arménie sont attribués à Denis Segdwick alors qu’il s’agit évidemment de Denis Sedgwick.

- J’ai totalement sous-estimé la non-adhérence des étiquettes autocollantes aux papiers peints. C’était une telle catastrophe pour Je n’ai jamais vu un punk avec une moustache que j’ai dû acheter des sachets en plastique pour faire illusion. J’ai repris le même principe de manière préventive sur l’ensemble de la collection.

- Les papiers peints sont évidemment une pale copie des motifs qui ornent chacun des volumes édités par Zulma.

- Au risque de vous décevoir, je ne suis l’auteur d’aucun des fascicules parus.

- Le Book Club comptait une petite centaine d’abonnés. Dont des ambassadeurs et ambassadrices en Suède, en Allemagne, en Guadeloupe, au Canada et au Niger.

- Comme tous les fascicules que je publie depuis 15 ans, c’est la typographie du Colonel Moutarde qu’on retrouve sur chaque étiquette - jamais créditée, jamais égalée.

- J’ai moi-même assemblé et agrafé tous les fascicules, ce qui explique que, selon le temps dont je disposais, l’agrafe est plus ou moins au milieu de la tranche.

- Christophe Harcourt a exigé d’avoir un double agrafage, traitement que j’ai appliqué aux autres fascicules au format A5 afin que je ne sois pas accusé de favoritisme.

- Comme Guillaume et Johanna m’ont signalé les erreurs que j’ai laissé à l’intérieur de Je n’ai jamais vu un punk avec une moustache, ils ont dû passer au peigne fin tous les volumes suivants.

- A l’exception de Benoit Grimalt, je n’ai publié (ou re-publié) que des premiers manuscrits.


Photo

Sep 1, 2014
@ 9:01 am
Permalien
14 notes

Ayant moi-même été incapable de choisir entre les deux manuscrits que l’auteur m’a fait parvenir, c’est par une double sortie que se termine la saison 1 du Philippe Dumez Book Club : “Quand j’ai commencé à marcher” et “Ce que vos voisins pensent de vous”. Philippe Guerry n’est pas un inconnu : vous êtes peut-être même abonné à Au Petit Commerce ou Bonheur Portatif. Les souscripteurs ne devraient pas tarder à trouver les deux fascicules dans leur boite aux lettres. Quel est pour moi le bilan de cette expérience ? Y aura t-il une saison 2 du Book Club ? Je commencerai à répondre à ces questions demain.

Ayant moi-même été incapable de choisir entre les deux manuscrits que l’auteur m’a fait parvenir, c’est par une double sortie que se termine la saison 1 du Philippe Dumez Book Club : “Quand j’ai commencé à marcher” et “Ce que vos voisins pensent de vous”. Philippe Guerry n’est pas un inconnu : vous êtes peut-être même abonné à Au Petit Commerce ou Bonheur Portatif. Les souscripteurs ne devraient pas tarder à trouver les deux fascicules dans leur boite aux lettres. Quel est pour moi le bilan de cette expérience ? Y aura t-il une saison 2 du Book Club ? Je commencerai à répondre à ces questions demain.


Diaporama

Aoû 31, 2014
@ 11:30 am
Permalien
2 notes


Diaporama

Aoû 30, 2014
@ 9:39 am
Permalien
5 notes


Diaporama

Aoû 29, 2014
@ 10:14 am
Permalien
7 notes


Vidéo

Aoû 28, 2014
@ 9:17 am
Permalien
2 notes

Il y a deux ans, à l’occasion d’une photo totalement anecdotique que je postais ici, je faisais la connaissance d’un français qui résidait à Tokyo et lui promettais, si jamais je poussais à bout le projet de réunir ces photos sous la forme d’un album, de lui en faire parvenir un. Pour être honnête, je ne sais pas, sans la perspective de l’expédier à l’autre bout du monde, si je l’aurai réalisé.

Une fois rentré sur Paris, ce garçon m’invita chez lui et m’accorda la privilège de choisir la musique : je piochais toute la soirée dans le classeur qui l’avait suivi dans ses pérégrinations et nous découvrais des points communs supplémentaires : Robert Wyatt, Mark Hollis,The Go-Betweens, Brian Eno… Il m’invitait même à reconsidérer le sort de “The Nightfly” de Donald Fagen, disque auquel je n’avais jamais accordé beaucoup d’attention.

Au Japon, comme en d’autres endroits, Manuel Bienvenu à enregistré un disque, son troisième, qui est je pense la meilleure porte d’entrée vers son univers fragile et sophistiqué. On y entend plus que la somme de ses influences : on y lit le temps passé à rendre limpides des idées ambitieuses, avec une vision de la pop-music qui tient presque de l’orfèvrerie.

En attendant qu’Amanuma (les fans de Pink Floyd apprécieront) trouve un distributeur français, Manuel Bienvenu a réalisé la vidéo qui présente le premier morceau de son disque : “Landscape”. Il a incorporé à son quotidien des images filmées au Japon avec son téléphone portable et rien que celles des sous-bois enneigés devraient vous faire voyager.


Photo

Aoû 27, 2014
@ 9:15 am
Permalien
6 notes

textesetdocuments:

Best ?#calamités

En découvrant Textesetdocuments, j’ai eu envie de relancer Fuckyeahmagazinequisententlacave.

textesetdocuments:

Best ?
#calamités

En découvrant Textesetdocuments, j’ai eu envie de relancer Fuckyeahmagazinequisententlacave.


Texte

Aoû 26, 2014
@ 9:18 am
Permalien
6 notes

Double miracle boulevard Rochechouart

Je la voyais collée derrière la vitre, implorant le ciel qu’un miracle s’accomplisse. J’ai pensé que le standard était sans doute saturé alors j’ai fait ce qu’il y avait à faire, sans lui laisser le temps de comprendre. A la fin de la soirée, elle m’a tendu un poing fermé dans lequel elle avait caché un objet à mon intention. Le temps que je lui dise merci, elle avait disparu, me laissant seul avec une vierge miniature dans le creux de la main.


Photo

Aoû 25, 2014
@ 10:05 am
Permalien
16 notes

Oh, mais ne serait-ce pas l’ultime volume du Philippe Dumez Book Club que je vois se profiler à l’horizon ?

Oh, mais ne serait-ce pas l’ultime volume du Philippe Dumez Book Club que je vois se profiler à l’horizon ?


Lien

Aoû 24, 2014
@ 10:04 am
Permalien
2 notes

Has the vinyl revival gone too far? »

Comme quoi on peut avoir grandi en écoutant Kenny Rogers et garder la tête froide.