fuckyeahphilippedumez


Billets comportant le tag Jonathan Richman


Audio

Mar 9, 2014
@ 10:13 am
Permalien
Joué 199 fois.
20 notes

Jonathan Richman : The Neighbors (Live in London 06/28/1988)

Je ne me souviens pas, la première fois que j’ai vu Jonathan Richman, s’il jouait de la guitare électrique ni s’il jouait “The Neighbors”. Je me souviens par contre que j’avais enregistré le concert sur mon dictaphone et que le résultat sonnait beaucoup moins bien que ce pirate posté sur le Jojo’s blog que m’a signalé Pol Dodu.


Citation

Fév 10, 2014
@ 9:25 am
Permalien
12 notes

When he sings, it’s OK to be male and sensitive again.

— Everett True au sujet de Jonathan Richman, sur The Electrical Storm.


Vidéo

Oct 10, 2012
@ 9:29 am
Permalien
2 notes

The Last Names : Dignified and Old

Le premier album de The Last Names, le side-project de deux membres de Bishop Allen, n’est pas passionnant : leur projet d’enregistrer une reprise par semaine pendant un an l’est beaucoup plus. Le résultat ressemble à un Fakebook des années 2010 où défilent aussi bien Jim Sullivan, Brian Eno, Roy Orbisson que Minor Threat. L’hommage à Yo La Tengo n’est pas qu’implicite puisque le couple, après s’être également essayé à “Speedy Motorcycle”, interprète aussi une de leurs meilleures chansons.


Citation

Jui 29, 2012
@ 8:56 am
Permalien
3 notes

In 1973 the band played a fateful series of shows at a hotel in Bermuda, and Richman returned from this trip a changed artist. He tells this story in his later song “Down in Bermuda.” He had the revelation that he didn’t need to be the dark, brooding New Englander playing Velvet Underground-inspired rock; he could write sunny, relaxed songs instead.

— En rentrant d’un concert de Jonathan Richman, Dean Wareham se souvient de l’amour indéfectible qu’il porte à l’ex-leader des Modern Lovers depuis l’heureux jour de 1980 où il a trouvé un exemplaire de leur premier album, épuisé depuis belle lurette, chez un disquaire en Nouvelle Zélande.


Photo

Mar 31, 2012
@ 12:24 pm
Permalien
4 notes

A chaque fois que je vais applaudir Jonathan Richman, j’ai l’impression de le revoir à travers les yeux que j’avais la première fois que j’ai assisté à un de ses concerts. Jonathan Richman, c’est mon viagra à moi.

A chaque fois que je vais applaudir Jonathan Richman, j’ai l’impression de le revoir à travers les yeux que j’avais la première fois que j’ai assisté à un de ses concerts. Jonathan Richman, c’est mon viagra à moi.


Vidéo

Mar 12, 2012
@ 2:50 pm
Permalien
2 notes

L’année où j’allais applaudir Queen à l’Hippodrome de Vincennes, d’autres avaient la chance de voir Jonathan Richman dégrafer la chemise, jouer du saxophone et faire le petit dinosaure dans un club espagnol. Avec quelques beaux morceaux d’interview en prime, dont “I’m a halfway famous rock’n’roll singer.”


Vidéo

Fév 24, 2012
@ 9:00 pm
Permalien

Si t’as pas acheté ta place pour Jonathan Richman à la Flèche d’Or le jeudi 29 mars, tu ferais mieux de te dépêcher. En attendant, tu peux l’écouter répondre aux questions de Mojo Magazine sous la forme d’un monologue où il est question d’apprendre, de jouer devant moins de trente personnes, de vieillir… le tout en moins de 2’30.


Photo

Fév 10, 2012
@ 3:08 pm
Permalien
69 notes

(Source : abelson)

(Source : abelson)


Audio

Fév 9, 2012
@ 5:10 pm
Permalien
Joué 561 fois.
66 notes

Maureen Tucker and Jonathan Richman : I’m Sticking With You


It wasn’t long after the Modern Lovers split before Jonathan was back in the studio to record this duet with Moe Tucker on February 24, 1974. The session was organised by Steve Sesnick (the VU’s then ex-manager who had put up Jonathan when he first moved to New York) and features Willie Alexander (keyboards, backing vocals) and Walter Powers (bass) who had both played in a post-Lou incarnation of the VU with Moe, George Nardo (guitar) and Jim Wilkins (drums).

It sounds like it was a lot of fun to record and is fun to listen to. The song may have been a significant choice - Lou Reed had written many dark favorites of Jonathan, but had mellowed by the time he wrote this fun ditty. Sesnick arranged a gig to coincide with the recording and although Moe attended, she did not perform.

The original plan was to release the track as a single, but it was shelved until 1980 when Boston label Varulven, run by self-proclaimed Count Joe Viglione put it out as a 7”, the A-side credited to ‘Maureen Tucker & Freinds’, with a B-side featuring The Count but no Jonathan or Moe (Cat no. Varvuren 805 111). It was reissued as a 12” EP in 1985 (Valvuren VAR11D) with four new tracks, none featuring Jonathan. Both issues are hard to find.

The VU version of the song was not released until the out-takes LP ‘VU’ came out in 1985 (modernlovers.com).


(Source : localgod, via womenwithguitars)